Le groupe ID présente une résolution sur la crise du Covid-19


Le premier cas de COVID-19 a été diagnostiqué en Chine en novembre 2019. Depuis lors, le virus s'est rapidement répandu dans le monde entier, avec plus de 3 millions d'infections et plus de 200 000 décès. Le 11 mars 2020, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l'épidémie de COVID-19 était une pandémie mondiale.

Le 14 avril 2020, le groupe ID a présenté une proposition de résolution sur l'action coordonnée de l'UE pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et ses conséquences. Dans cette résolution, le groupe ID présente avant tout ses sincères condoléances à tous ceux qui ont perdu des êtres chers à cause de la pandémie et exprime également sa gratitude envers ceux qui travaillent dans les services essentiels en première ligne de la lutte contre l'épidémie, y compris, mais sans s'y limiter, le personnel médical, les forces de l'ordre et ceux qui participent à la production et à la distribution des denrées alimentaires.

 

En ce qui concerne la gestion de l'épidémie, le groupe ID critique le fait que les autorités chinoises étaient au courant de l'épidémie bien avant d'en informer l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le reste du monde. Le groupe ID est préoccupé par le fait que les premières mesures coordonnées de la Commission en réponse à l'épidémie n'ont été annoncées que le 13 mars, plusieurs semaines après la découverte des premiers cas en Europe.

 

Le groupe ID est d'avis qu'une stratégie de test et de traçage aurait pu conduire à l'identification des infections, en isolant les points chauds et en minimisant ainsi l'impact de COVID-19, et que l'absence de tels tests a nécessité des fermetures et des verrouillages dans toute l'UE. Le groupe ID considère en outre que la lutte contre la pandémie doit être prioritaire par rapport à tous les autres projets de l'UE et appelle à un moratoire sur les actions de l'UE axées sur des zones géographiques et des structures situées en dehors de l'UE, sauf lorsque cela est nécessaire pour protéger les citoyens de l'UE ou pour protéger la frontière extérieure de l'UE. Le groupe ID est en outre d'avis que l'UE devrait contribuer à résoudre la crise dans son cadre institutionnel actuel et rejette tout appel à la poursuite de réformes institutionnelles innovantes de l'UE, étant donné que les États membres sont mieux équipés pour lutter efficacement contre la crise. Néanmoins, le Groupe d'ID souligne la nécessité d'une coopération et l'opportunité d'une assistance mutuelle entre les États membres de l'UE.

 

En outre, le Groupe ID demande un recentrage complet des priorités pour le prochain cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027, en tenant compte de l'impact socio-économique de la pandémie et demande que le budget prévu pour "l'intégration du climat" soit plutôt mobilisé pour les mesures liées à COVID-19. En ce qui concerne les chaînes d'approvisionnement, il est de la plus haute importance de maintenir les secteurs stratégiques et la production des principaux approvisionnements stratégiques au sein de l'UE, tels que les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux, afin de renverser la situation actuelle dans laquelle la plus grande partie de la chaîne d'approvisionnement est délocalisée et n'est pas sous le contrôle des États membres de l'UE - et facilement accessible à ceux-ci.

 

Le groupe ID rejette en outre la proposition de la Commission de demander des données aux fournisseurs de télécommunications, et invite les États membres à obtenir le consentement des personnes avant d'utiliser des applications (apps) qui surveillent les mouvements, les contacts et les données de santé des personnes.

 

Le Groupe ID demande instamment à tous les États membres de l'UE d'accroître leurs capacités de test afin d'obtenir des données plus précises sur le virus et de faciliter l'isolement du virus. Le Groupe ID est pleinement conscient de l'impact sérieux des mesures d'urgence sur les droits les plus fondamentaux des citoyens de l'UE et appelle donc à la fin du verrouillage, dès que cela sera raisonnablement possible et responsable.

Sessions Plénière